Eglise Saint-Jacques de
Mont-Saint-Aignan
(Seine Maritime)

Au début du XIIe siècle, les chanoines réguliers de Saint-Augustin fondèrent un prieuré placé sous la vocable de saint Jacques, au sommet d'une colline dominant Rouen, pour accueillir les lépreux souhaitant suivre la règle canoniale ; très vite, l'accueil fut étendu aux lépreux de 21paroisses de Rouen et la colline prit le nom de Mont-aux-Malades qu'elle a conservé. L'église Saint-Jacques est la première église de ce prieuré ; en1174, le prieuré étant installé autour d'une nouvelle église, dédiée à saint Thomas de Cantorbery, Saint-Jacques devint l'église paroissiale du village qui s'était créé depuis l'arrivée des chanoines. Vendue en 1793, cette église a été utilisée tant bien que mal avant que ses vestiges ne soient rachetés par la commune en 1969.
Le clocher, le choeur et les bas-côtés de l'église ont disparu à différentes périodes. Il ne reste aujourd'hui que les quatre travées du vaisseau central de la nef dont l'élévation est à deux niveaux, grandes arcades et fenêtres hautes. Les travées sont scandées par des colonnes engagées montant de la base des piliers jusqu'à la charpente apparente. Cet édifice dépouillé, mais d'une grande pureté de ligne, est très significatif de l'art roman normand du premier tiers du XIIe siècle.
Henry Decaëns Source : http://www.mondes-normands.caen.fr/

RETOUR