L'église Saint-Jacques le Majeur de
Mouriès (Bouches du Rhônes)

Au 11ème siècle, Mouriès possédait plusieurs sanctuaires dépendant tous ensemble de la puissante abbaye de Montmajour, à qui la nomination du curé était réservée. Suivant l'abbé Constantin, on sculpta à une voûte de l'église paroissiale un chapeau d'abbé portant témoignage de sa juridiction.

Bien avant d'être commune, Mouriès fut une des quatre paroisses de la Vallée des Baux. Le patron et titulaire de l'église actuelle est Saint-Jacques-le-Majeur. Avec sa belle nef corinthienne et ses quatre chapelles de chaque côté, l'église fut inaugurée en 1782. Elle eut à connaître les affres de la Révolution, elle fut dévastée puis fermée en 1795. Sept ans plus tard, elle rouvrait pour la messe de minuit, grâce au curé Riousset.

Totalement restaurée ensuite, elle fut consacrée le 12 mars 1822 par l'archevêque d'Aix, chef du diocèse dans lequel on venait d'inclure la paroisse de Mouriès qui, jusqu'en 1789, avait dépendu de l'archevêque d'Arles. Le clocher était, à son sommet, doté d'une sorte de bulbe, ou de coupole, qui fut détruite, durant la nuit du 11 juin 1909, par un tremblement de terre. L'intérieur de l'église Saint-Jacques, sa disposition et son mobilier sont loin d'être sans valeur artistique ou esthétique. Parmi les tableaux, on pouvait admirer il y a encore quelques temps une grande toile de Pierre Révoil représentant Saint-Roch.
SOURCE : http://www.mouries.com/themas/eglise.html

RETOUR