L'église Saint-Jacques
Saleix (Ariège)


Déjà au 12ème siècle, il existait une église à Saleix. L'église Saint Jacques de Saleix est d'une seule nef. Sa voûte a été remplacée par un plafond en 1763 pour donner à l'ensemble de l'édifice plus de clarté. Dans le choeur, le rétable est du 18ème siècle en bois peint. Le tableau également du 18ème siècle a été malheureusement empâté au cours du 19ème siècle. On peut encore remarquer une bannière à l'éfigie de Saint Jacques que les paroissiens portaient lors des processions de la fête du Saint (le 25 juillet) ou de la fête-Dieu. Le lutrin est à situer entre le 17ème et le 18ème siècle. Le plafond de la voûte du choeur, remarquablement conservé, est orné de médaillons, peints sur toile, représentant autour du Christ, Saint Jacques et les quatre évangélistes. Le reste de la voûte étonne par la finesse de son bleu azur et des étoiles qui lui donnent une profondeur vivante. Sur la droite de la nef, il existe une chaire qui date du 18ème siècle. Au centre de la nef, on peut observer un très beau lustre de la fin du 18ème siècle, en bois doré, à deux étages. Le chemin de croix occupe une grande partie des murs tout autour de la nef. De grands tableaux fixés sur bois doré de la fin du 19ème siècle relatent les scènes de la Passion du Sauveur. Le bénitier du 17ème siècle, près du portail d'entrée, a été taillé dans le granit. Une des originalités de l'église sont les deux tribunes du 17ème siècle placées au fond de l'église. On remarquera sur le coté gauche, un charmant autel en bois des 17ème et 18ème siècles avec de remarquables statuettes de Saint Roch et Saint Jean du 16ème siècle, une vierge à l'enfant du 17ème et de Saint Joseph du 16ème siècle.
Face à l'entrée, et pour annoncer la sainteté du lieu, on remarque une Piéta du 16ème siècle, en bois peint et doré, qui serait d'origine catalane et dont les traits portent en eux-mêmes toute la souffrance et toute l'espérance de notre monde.
Le tabernacle et les peintures sur bois sont du 18ème siècle. Pour celui qui arrive à Saleix, le clocher montre ostensiblement l'horloge à aiguille unique qui est la fierté du village. Les habitants désirant depuis longtemps une horloge, ont acquis celle-ci d'occasion le 6 janvier 1784 par l'intermédiaire du Sieur Pierre Dandine, conseiller politique, pour la somme de 185 livres.
Il est vraisemblable qu'elle fut construite au début du XVIIIè siècle de la même facture que celle de la Bastille. (Brasserie de l'horloge Place de la Bastille). Pendant de longues années, elle a rythmé la vie du village. Puis faute d'entretien, elle s'est tue durant de nombreuses années. En 1982, un saleichois passionné d'horlogerie l'a restaurée. Et ainsi, le tic-tac et les cloches ressuscitèrent à nouveau un peu de la vie d'autrefois.
Source : http://auzatvicdessos.free.fr/EGLISAL.HTM
RETOUR